points de vue

les déambulations d'un codeur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le SnowCamp 2016

Sticker_SnowCamp_2016_-_CommitStrip.png

Je vous propose un petit compte rendu du SnowCamp 2016 qui s’est déroulé du 20 au 23 janvier à Grenoble et ceci en toute … subjectivité étant un des organisateurs de cet événement. Mais d’abord, qu’est-ce que le SnowCamp ? C’est une manifestation faite par les codeurs à destination des codeurs et qui profite du pôle technologique et d’innovation qu’est Grenoble pour ouvrir ses portes aux thésards et aux chercheurs afin qu’ils nous fassent profiter de leur travaux.

Avant de vous présenter ce compte-rendu, je vous propose de raconter l’histoire du SnowCamp.

Tout a commencé en 2011 lorsque Emmanuel Hugonnet et moi même décidâmes d’organiser, dans le cadre de l’Alpes JUG, une association que l’on a formé ensemble en 2010 avec Bruno Vernay, un week-end ski et discussions techniques avec les membres de l’association et les speakers qui sont passés aux conférences mensuelles de l’association. Ce fut, de façon informelle et en petit comité, le premier SnowCamp ; une rencontre entre codeurs et geeks.

5586139997_1f8d136667_z.jpg
5586632170_ea18acceba_z.jpg

Nous voulûmes réitérer cet événement l’année suivante mais, par manque de participants, il ne put se faire et depuis resta en standby. De temps à autres, on se disait qu’il serait bien de le relancer mais sous forme de conférences.

Ce fut en 2015, suite à sa rencontre avec Cédric Tran-Xuan, au stand de Streamdata.io à Devoxx France, qu’Emmanuel sentit qu’il y avait une opportunité de relancer le SnowCamp et ceci sous forme de conférences à Grenoble. Après avoir prospecté d’éventuels sponsors intéressés et passé bien 4 mois à trouver un lieu pour héberger la manifestation (de mai à septembre), il lança officiellement la machine. Nous fûmes 14 à se rassembler autour de lui et nous mîrent 3 mois intenses à préparer le SnowCamp 2016 pour janvier, avec les vacances de Noël entre temps.

Le SnowCamp 2016 commença le 20 janvier par une journée d’Université au World Trace Center de Grenoble au cours de laquelle quatres formations ont été proposées :

  • Apprenez Apache Cassandra avec Duy-Hai Doan
  • Démarrez avec OpenShift ! avec Marek Jelen
  • Utilisation d’OpenStack avec Sylvain Bauza
  • et A la découverte d’ElasticSearch et de Kibana avec David Pilato
snowcamp2016_-_WTC.jpg

Les deux jours suivants ont été consacrés aux conférences et aux workshops qui ont eu lieu à l’ENSIMAG. Une première difficulté a été aux participants de trouver le lieu exacte. En effet, Google Maps situe l’ENSIMAG à son premier emplacement, 41 rue des Mathématiques. Or, le SnowCamp a lieu à anciennement l’ENSE3 maintenant appartennant à l’ENSIMAG. Nous avons donc du coller en urgence des affiches aux endroits stratégiques pour guider les gens à la sortie des deux arrêts de tramway qui encadrent l’ENSIMAG.

snowcamp2016_-_ENSE3.jpg

L’autre surprise a été que le hall d’entrée n’était pas du tout chauffé et avec les portes qui s’ouvraient et se refermaient à chaque passage nous avions rapidement froid ; le café et le thé chaud n’étaient pas de trop. Mis à part ces détails, les deux jours se sont bien déroulés et les participants, ainsi que les speakers ont été assez enthousiastes et contents de la manifestation. Nous avions estimé à environ 200 participants et nous en avons acceuillis 195. Ce nombre restreint a permi au SnowCamp de garder une ambiance bon enfant qui a plutôt bien plu.

La keynote d’ouverture des conférences, le jeudi, était intéressante et a su flatter l’égo des codeurs. Animée par Sacha Labourey, il nous rappela que le logiciel est devenu une part essentielle dans l’économie d’aujourd’hui et que son influence n’est que grandissante, s’introduisant dans des domaines jusqu’ici inattendus. Par ce fait, notre rôle, en tant que codeur, devient lui aussi de plus en plus important mais qu’en retour nous avons aussi des responsabilités.

snowcamp2016_-_keynote_de_Sacha_Labourey.jpg

La keynote de vendredi a été présentée par Thomas Guenoux de CommitStrip qui s’est amusé à raconter, avec plein d’humour et d’anecdotes croustillantes, l’enfance du codeur d’aujourd’hui. Nous nous sommes évidemment reconnu dans bon nombre d’aspects.

snowcamp2016_-_keynote_de_CommitStrip.jpg

Les sujets adressés par les talks durant ces deux jours étaient assez variés puisqu’ils couvraient aussi bien le devops, le développement logiciel, le big data que l’IOT. En tant qu’organisateur, je n’ai pu assister qu’à quelques un, parmi lesquels :

  • Entrez dans l’émeute avec Riot.js, animé par Cédric Tran-Xuan. Ce fut une présentation du framework javascript orienté composant Riot comme alternative légère et non moins complète à Angular 1 et 2 et à Polymer.
  • Développez dans le futur dès maintenant, animé par Mathieu Parisot. Cette présentation expliqua comment coder avec les prochaines techniques du Web tout en gardant la compatibilité avec les navigateurs Web par l’utilisation d’outils comme WebPack, Babel et PostCSS.
  • Sécuriser en deux deux ses applications back et front avec keycloack, animé par Sébastien Blanc. Ce fut une présentation sur l’utilisation de KeyClock comme service d’authentification et d’autorisation aussi bien pour le front (l’IHM Web) que le back-end (le serveur, le métier).
  • Designing a REST micro-service using Apache Camel, animé par Charles Mouillard. Cette présentation montra la force d’Apache Camel dans la mise en oeuvre d’une architecture micro-services.
  • Learn Java to become polyglot and Display Everywhere! animé par Jaroslav Tulach. Ce fut à mes yeux la présentation la plus spéctaculaire. Jaroslav nous présenta un projet sur lequel il travaille chez Oracle : une nouvelle VM Graal et son API Truffle qui permet d’implémenter n’importe quel language (Ruby, Java, Javascript, …) et de le compiler nativement à l’exécution ; le code n’est plus compilé en code intermédiaire (le bytecode) mais en AST directement qui est alors transformé et optimisé par la VM jusqu’à le compiler en code machine !

Pour parachever le SnowCamp 2016, le samedi 23 janvier a été consacré à une sortie ski à Chamrousse. Tout le monde y était invité mais seulement les speakers, pour des raisons de budget, ont eu leur forfait payé par le SnowCamp (l’Alpes JUG). Nous étions 15 à arpenter les pistes de ski. La neige était plutôt dure du fait du vent et du manque d’enneigement les jours précédents mais le temps était ensoleillé et nous avons finalement passé un bon moment.

snowcamp2016-sortie_ski.jpg

Je voudrai ici dire un grand merci aux sponsors qui ont en grande partie financé le SnowCamp, mais aussi aux partenaires sans qui cette événement n’aurait pu être ce qu’il a été : l’Alpes JUG, le CARA, CommitStrip, l’ENSIMAG, Oxiane, Silverpeas, Focus Digital, Objectif Libre et Saloon qui ont offert leur service pour le bon déroulement du SnowCamp ou permi aux organisateurs de consacrer leur temps de travail à l’organisation de celui-ci.

Au prochain SnowCamp !

snowcamp2016_-_The_end.jpg

 

Miguel Moquillon

Auteur: Miguel Moquillon

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Cédric Cédric ·  01 février 2016, 08:58

Pour la petite histoire dans la petite histoire, il me semble qu'une discussion avec Nicolas Babel (à l'époque chez Streamdata.io) lors de Devoxx France a aussi conforté Emmanuel dans l'idée qu'une conf. à Grenoble serait une bonne idée. Lors de Devoxx France, ma rencontre fortuite avec Emmanuel a juste permis de montrer qu'il y avait des Grenoblois dans les environs (i.e. à notre stand Streamdata.io) :)

Cédric.

Miguel Moquillon Miguel Moquillon ·  01 février 2016, 17:45

@Cedric : oui effectivement, Emmanuel m’a  confirmé ce point

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

no attachment



À voir également

Devoxx France cru 2014

Le Devoxx France est, à l’image de son parent le Devoxx, une conférence à caractère technologique qui s’étale sur trois jours. Bien que axé sur l’écosystème Java, on y trouve aussi des tracks sur d’autres langages (comme Erlang ou Go), et sur d’autres technologies (programmation système sur Raspberry Pi ou sur Arduino). C’est la troisième année et le cru 2014 a été, à mes yeux, excellents. Ce que j’aime dans cette conférence est son caractère technique ; les tracks sont animés par les programmeurs pour les programmeurs. Foin donc de toute propagande sur tel outil, tel framework ou tel autre produit. Ici, l’accent est mis sur la présentation avant tout technique, le plus souvent illustrée par une démonstration qui, je l’avoue, me parle beaucoup plus qu’une suite ininterrompue de slides et de blabla.

Lire la suite

Un petit voyage dans DragonFly BSD

DragonFly BSD est le dernier rejeton de la famille des Unix BSD libres. Il est issu du désaccord de Matthew Dillon sur les choix d’architecture SMP de FreeBSD 5. Créé en 2003 à partir de FreeBSD 4.8 pour initialement proposer une autre implémentation du multi-threading (multiflot en français), plus originale, il devient l’opportunité, pour l’équipe de DragonFly BSD, d’emprunter des directions différentes, voir innovantes, de celles des autres systèmes Unix.

Lire la suite